Accueil de la petite enfance en Europe : "La diversité est la règle" (3/4 dossier "Europe et secteurs sanitaire et médico-social")
Cette semaine, Jobenfance publie un dossier consacré au marché de l'emploi et à la formation dans le secteur de la petite enfance en Europe. Il sera diffusé en quatre épisodes jusqu'à vendredi. Aujourd'hui, le troisième épisode sur l'accueil de la petite enfance en Europe : "La diversité est la règle"
Publié le

Les politiques publiques de la petite enfance relèvent des prérogatives des états-membres. Néanmoins, le rôle des instances européennes en la matière est indéniable, notamment en matière de « régulation des politiques de l’emploi ».

 

Les politiques de la petite enfance font l’objet d’une attention particulière en matière de coopération au sein de l’Union européenne. Dès 1996, en effet, la Commission européenne organise la création du Réseau des modes de garde afin de faire de ce secteur une priorité commune. En 2002, c’est au tour du Conseil de l’Europe de formuler des recommandations sur l’accueil de jour des enfants. Aujourd’hui, la réalité est bien plus complexe car les profils des travailleurs eux-mêmes sont loin d’être homogènes.

En effet, Sylvie Rayna, psychologue de l’éducation, maître de conférences (Institut français d’éducation de l’École normale supérieure de Lyon et centre de recherche EXPERICE de l’université Paris 13) et expert auprès de l’OCDE et de l’UNESCO, souligne dans une note de synthèse pour la Mission maternelle 13 de l’Académie d’Aix-Marseille, de fortes disparités en matière de formation des personnels de la petite enfance entre les pays d’Europe : « la diversité est la règle » avec des pays dit « à système divisé », d’une part, et les autres, d’autre part. Dans les premiers, ceux dits à système divisé, on relève des formations de durée différente selon que les structures accueillent des enfants de plus ou moins trois ans. A contrario, dans les pays scandinaves, que Sylvie Rayna qualifie « d’exception », il existe une catégorie unique de personnels pour l’accueil des enfants de zéro à six-sept ans.

Pas étonnant, donc, que le marché de l’emploi dans le secteur de la petite enfance reste pour l’instant si disparate dans la mesure où les conceptions même de l’éducation et de l’accueil des jeunes enfants diffèrent tant. Reste que la Commission européenne « a défini les priorités de l’éducation et de l’accueil de la petite enfance, en vue de renforcer l’accès à ces services (…) et d’en améliorer la qualité », menant pour ce faire des travaux depuis 2012 grâce à un groupe de travail thématique sur l’éducation et l’accueil de la petite enfance.

 



0 commentaire

Aucun commentaire


Voir tous

Toute l'information classée par thèmes

Santé & Social
Formation
Economie & Société
Recrutement & Carrière
Métiers & Conseils
Aménagement & Etablissement
Législation
Aide à domicile & Particulier Employeur